Des Pingouins dans la Guerre Froide

Des Pingouins dans la Guerre Froide

Une rétrospective de l’aéronavale française entre 1945 et 1990

 

 

 

 

 

Claude BUJOÏ

Euringénieur diplômé de l’Ecole Navale

Ancien responsable technique en flottille sur le porte-avions FOCH.

Lundi 23 avril 2018 à 20 heures 30

Wasselonne – Salle Prévôtale Entrée libre – Plateau

Le “pingouin” est le nom donné à l’insigne que tout le personnel de l’aéronautique navale française, du matelot breveté à l’amiral, porte sur la manche gauche. Par extension ce vocable désigne de façon certes familière, un membre de cette entité. L’affaire remonte vraisemblablement à la guerre d’Indochine, à l’occasion de laquelle l’aéronavale embarquée sur porte-avions est devenue pleinement opérationnelle , a accédé à une certaine notoriété, et a été reconnue et admirée par les autres unités engagées dans le conflit.

Ingénieur sidérurgiste retraité , a Claude Bujoï a terminé son activité comme chef de projet dans l’implantation en Thaïlande, d’une usine de laminoirs du pôle inox d’Arcelor . Euringénieur diplômé de l’École Navale, au cours de ses jeunes années, a servi dans l’aviation navale française en qualité de navigateur/coordinateur tactique, puis comme responsable technique en flottille de chasse embarquée et sur le porte-avions FOCH. Passionné de navigation à la voile, a beaucoup écumé la mer d’Iroise au large de Brest et les côtes du Golfe de Gascogne , avant de se retirer en Alsace d’où sa mère était originaire.

L’affiche de la conférence