Des Pingouins dans la Guerre Froide

Une rétrospective de l’aéronavale française entre 1945 et 1990

 

 

 

 

 

Claude BUJOÏ

Euringénieur diplômé de l’Ecole Navale

Ancien responsable technique en flottille sur le porte-avions FOCH.

Lundi 23 avril 2018 à 20 heures 30

Wasselonne – Salle Prévôtale Entrée libre – Plateau

Le “pingouin” est le nom donné à l’insigne que tout le personnel de l’aéronautique navale française, du matelot breveté à l’amiral, porte sur la manche gauche. Par extension ce vocable désigne de façon certes familière, un membre de cette entité. L’affaire remonte vraisemblablement à la guerre d’Indochine, à l’occasion de laquelle l’aéronavale embarquée sur porte-avions est devenue pleinement opérationnelle , a accédé à une certaine notoriété, et a été reconnue et admirée par les autres unités engagées dans le conflit.

Ingénieur sidérurgiste retraité , a Claude Bujoï a terminé son activité comme chef de projet dans l’implantation en Thaïlande, d’une usine de laminoirs du pôle inox d’Arcelor . Euringénieur diplômé de l’École Navale, au cours de ses jeunes années, a servi dans l’aviation navale française en qualité de navigateur/coordinateur tactique, puis comme responsable technique en flottille de chasse embarquée et sur le porte-avions FOCH. Passionné de navigation à la voile, a beaucoup écumé la mer d’Iroise au large de Brest et les côtes du Golfe de Gascogne , avant de se retirer en Alsace d’où sa mère était originaire.

L’affiche de la conférence