CONFERENCE

Strasbourg et ses Vignobles

par Didier Bonnet

Mardi 16 avril 2019 – 20 heures 30 Salle prévôtale

Entrée libre – Plateau

Journaliste indépendant

Didier Bonnet est journaliste et auteur de livres. Passionné d’Alsace et amoureux de Strasbourg, il préside une association, la Tribu des Gourmets, dont l’ambition est de renouer les liens culturels, historiques et patrimoniaux entre Strasbourg et ses vignobles. Après une carrière de journaliste entamée au Nouvel Alsacien en 1978, il s’est spécialisé dans l’activité économique, urbanistique, touristique et vinique de la région. Trente ans à travailler pour la Tribune, les Echos, l’Usine nouvelle, et des dizaines d’autres titres. Les hasards l’ont fait rencontrer le Syndicat des vignerons d’Alsace, qui cherchait un rédacteur en chef pour sa nouvelle revue, Format Raisin, en 1989. La fiche de poste spécifiait qu’il fallait n’être en rien spécialiste du vin… pour poser les bonnes questions et éviter de jargonner. Didier a fait l’affaire… Depuis, une vingtaine de magazines spécialisés conçus et dirigés, des années de dégustations professionnelles dans des occurrences et concours variées, puis un livre… autour duquel nous nous retrouvons ce soir. Et la volonté de dire que le vin, c’est avant tout des émotions et des amitiés (des amours) à partager.

 

« Strasbourg et ses vignobles, mille ans d’histoires à découvrir »

 

1498, à Balbronn. Liesel, 14 ans, et son frère cadet Mathias vivent dans une famille de vignerons. Sans être fortunés, la vente de leurs crus à Strasbourg leur offre une existence très confortable. Cette ville dont les parents et les amis parlent avec emphase, dont on voit très bien la cathédrale et les tours des remparts depuis le Mont Scharrach, fait rêver les enfants. Et puis un jour, c’est le grand voyage. Les enfants accompagnent une livraison vers la cité. Ils découvrent l’organisation méthodique d’un marché aux vins rôdé, où les meilleurs crus sont achetés à prix d’or par d’audacieux négociants, prêts à naviguer vers Londres, Stockholm, Vilnius, etc., pour écouler leurs fûts. Managée de main de maître par les dirigeants strasbourgeois, ce commerce a rapporté des sommes énormes d’argent, qui ont notamment financé l’édification de la cathédrale. Ces vins étaient alors tous vendus selon la dénomination de leur village d’origine ou d’un terroir délimité. Bruderbach, Bruderthal, Altenberg, et d’autres lieux-dits étaient comme dans tous les vignobles de tradition latine, la carte d’identité de ces crus adulés à des milliers de kilomètres de l’Alsace. A Strasbourg, ils côtoient Erasme, Geiler de Kaysersberg, la jeunesse cultivée, flamboyante et libertine de cette époque, des marchands et voyageurs au long cours, l’œuvre Notre Dame, etc.

2019. Un jeune couple s’installe à Strasbourg pour travailler à la Cour européenne des droits de l’Homme et un institut de biotechnologies de pointe. Le vin d’Alsace ? Bof ! Ils le découvriront grâce à l’intervention du hasard et ne s’en détacheront plus. Ravi de vous inviter à découvrir de Strasbourg viticole d’antan, flamboyant, et de comprendre les crises du vignoble d’aujourd’hui… et des vins pour en sortir.

 

Affiche_20190416_Bonnet